One day

One day, we could find happyness.
One day, we may feel free.
One day, we may see true justice.
… and what about today ?
So, have a nice day, all of you.

La valeur des choses

Aujourd’hui les gens connaissent le prix de tout et la valeur de rien. [Oscar Wilde]

Je pourrais presque m’arrêter là, tout est dit !
Même si chacun a sa propre échelle de valeur, il est communément accepté que certaines valeurs soient universelles. Pourtant force est de constater que « la valeur » d’une chose ou d’un être se réduit aujourd’hui à son expression littérale, c’est à dire monétaire.

L’homme ne vaut plus que par son compte bancaire.

Il est fort peu envisageable qu’un homme comme Gandhi puisse avoir la même notoriété s’il vivait aujourd’hui. Pourtant l’accès à la notoriété n’a jamais été aussi facile. N’importe qui peut devenir célèbre du jour au lendemain et chose encore plus impensable même s’il n’a pas une once de talent. Comme si avec l’explosion des nouvelles technologies il devenait impératif de ne laisser aucun répit au consommateur, de remplir toutes les cases vides de son armoire à désirs en faisant fi de la qualité, du bon goût ou même de la morale.

Résultat

Les limites deviennent floues, la valeur des choses aléatoire. La masse bêlante d’entre nous suit aveuglément  la
« tendance », les « must have » et vénèrent le Dieu du « IN » et du « OUT ». Il faut montrer signe de richesse décomplexée, même s’il faut pour cela arborer la « Rolex », le ventre vide.
Je reste perplexe parfois devant le prix de certaines choses au regard de leur valeur réelle. C’est à ces moments là que je me dis qu’en réalité on peut se passer de presque la casi totalité de nos possessions. Les trois quarts de nos achats sont motivés par l’achalandage agressif dans lequel nous baignons en permanence. Un savant processus de création de désirs par matraquage et incitation. Alors pour se déculpabiliser et  se « revaloriser » il existe la phrase magique « c’est parfaitement inutile donc rigoureusement indispensable ». Phrase qui hisse instantanément au panthéon de la branchitude.

Pourtant à bien y réfléchir toutes ces possessions nous entravent.

Nous alourdissent et nous maintiennent fermement enclavés dans une norme passive. Je vous entends d’ici, non, je ne suis pas une illuminée adepte du bio, du tout fait main, recyclage et co. Je ne vis pas dans une maison en bois de palettes avec des toilettes sèches et des vêtements en chanvre. Sans dénigrer pour autant ces derniers, je n’ai pas l’assiduité nécessaire à ce mode de vie et surtout le contexte qui le permet ni même l’envie de supprimer toute technologie. Cependant, tout comme vous, je sais qu’il y a là une piste. Le retour aux vraies valeurs, la terre, le naturel, le sain… Mais revenons à nos moutons, ces possessions nous aliènent parce qu’elles brident notre spontanéité, notre instinct, distordent notre échelle de valeurs et au final nous font perdre de vue l’essentiel. Les êtres qu’on aime, les choses merveilleuses de la vie, les petits plaisirs simples. Et le summum de l’escroquerie est qu’elles sont chrono-phages. Le temps c’est de l’argent ! mais il faut bien avouer qu’on le dépense plus facilement en shopping, décoration, restaurants, cinés, loisirs, bref, toutes sortes d’activités rarement gratuites alors qu’il est plus difficile de donner de son temps aux autres sans revêtir le manteau de la condescendance.

Il y a du plaisir à s’intéresser aux autres.

Tendre la main, l’oreille, aider sans attentes, faire sans projeter.
Non, vraiment le constat est triste. Entre les solitaires parmi la foule et les extravertis qui s’agitent dans une frénésie d’activités et de rencontres, quelle place reste-t’il aux vraies relations, aux vrais échanges ? La poursuite du bonheur a défiguré le bonheur lui-même. On nous donne l’illusion que le bonheur se
trouve dans l’opulence, l’accumulation, la consommation sans limites. Alors que la liberté ne peut se concevoir avec des entraves, qu’elles soient matérielles, sociales ou émotionnelles.
On nous aiguille vers une individualisation, une désolidarisation totale, on distille dans nos émotions un sentiment d’indifférence générale qui fait de nous des êtres certes dociles tant que nos désirs immédiats sont satisfaits mais certainement pas vivants et peut-être pas si heureux !

Conseils photo – Bien commencer

Du modeste point de vue de mon expérience personnelle, pour bien démarrer en photo, il s’agit tout d’abord de respecter certaines règles et disons, exercices. Tout du moins, cet article tentera d’établir une liste non-exhaustive de bons conseils de départ… et pour tout le temps !

Le mode d’emploi !

Lire, relire, éplucher, désosser, comprendre parfaitement le mode d’emploi de son APN me semble indispensable. C’est valable pour n’importe quel appareil alors pourquoi devrait-il en être autrement pour un appareil numérique ?

Il me semble que pour utiliser des fonctions ou des réglages, le B.A.BA consiste à savoir comment s’y prendre. Ça peut sembler fastidieux au premier abord, mais très rapidement, en découvrant toutes les fonctionnalités de votre APN, s’ouvre un éventail de projections de toutes les possibilités de photos que vous aimeriez, pourriez faire. Même si le dernier modèle, tout frais sorti peut donner le sentiment de receler plus de possibilités (et c’est bien entendu vrai, en grosse partie), c’est aussi valable pour un matériel moins récent. Tout dépend de votre expérience, motivation, but, budget. C’est une équation subtile à laquelle seul vous, pouvez répondre. Beaucoup de « fora » (pluriel latin de forum) traitent du sujet du choix de la marque ou du modèle. Ne vous privez pas, ceux sont des mines de « retour expérience ».

Votre première mission (si vous l’acceptez) est donc de connaître votre manuel sur le bout des doigts.

Après le mode d’emploi ;

L’emploi

Il faut impérativement vous exercer. Vous imposer un rythme régulier, idéalement 1 fois par semaine, plus si possible. Chaque occasion est bonne, l’anniversaire d’un parent, le spectacle de fin d’année du petit. Même si vous avez une vie sociale désastreuse ce n’est même pas une excuse tant il y a d’occasions dans la nature, en ville et même intra-muros. C’est un exercice de l’œil. Si vous avez le désir de faire de la photo, les sujets vous sont visibles et l’expérience se chargera de peaufiner votre sensibilité, aiguiser votre regard.

Imposez vous un thème, un exercice particulier, et tâchez de finir la séance en ayant obtenu au moins 1 photo correspondant à ce que vous vouliez réaliser. Parfois le hasard vous ouvre aussi d’autres champs, au détour d’un exercice planifié. L’exercice par thème a l’avantage de vous orienter ou fixer sur le genre de photos que vous voulez réaliser ; portrait , nature, photo d’art ou mariage mais aussi profondeur, lumière particulière, panorama ou vue intimiste, c’est sans fin. Vous affirmez votre personnalité de photographe, ce qui sommes toutes est le plus recherché en photo.

Le numérique a révolutionné la photo en termes de consommables. Ce n’est pas pour autant qu’il faut sombrer dans le clic à tout va. Prenez le temps de « réfléchir » votre séance afin de mieux choisir vos compositions. Repérez l’endroit, inutile de vous dire que les moments les plus intéressants sont le matin et la fin de journée.  Étudiez la lumière, le panorama, les « sujets » à votre disposition et effectuez les réglages correspondants. Si vous ne pouvez ou voulez pas sortir, vous pouvez encore tenter des exercices très intéressants de « pack shot » avec de simples objets usuels ou carrément de la photo d’art. Improvisez un studio éphémère dans votre salon et faites avec les moyens du bord et fabriquez une lightbox. Vous trouverez pléthore de modèles sur le net, à partir d’une simple boîte en carton. Faites travailler votre imagination, ce qui nous amène logiquement au conseil suivant.

Les autres

Il ne faut pas hésiter à regarder ce que font les autres, repérez les photographes qui « vous parlent » et dont vous aimez le style et tâchez de reproduire certaines « scènes ». Pas tant pour les copier mais plutôt pour comprendre comment ils ont « étudié » la lumière. Tout cela aura l’avantage de profiter à votre expérience et de vous faire intégrer certains automatismes de réglage qui vous feront gagner beaucoup en temps et plaisir. Internet a été ma première source d’initiation. Il fourmille de sources d’apprentissage et d’inspiration.

L’équipement

Je ne parle pas ici de la marque ou du modèle que vous allez choisir, (ça n’est pas le propos) mais des choses auxquelles vous devez absolument penser avant de tenter tout « shooting ».




    • Choisir une tenue confortable pour pouvoir être mobile et à l’aise. C’est utile pour les « plongées » et « contre-plongées », points de vue originaux, etc.



    • Charger sa batterie, mieux encore, ses batteries, avant de partir faire des photos. Une dans l’APN et une de secours en cas de « panne » en plein shoot à ne pas louper.




    • Penser à avoir des piles de recharge pour le flash et autres.



    • Bien effectuer ses réglages avant la prise de vue. Vérifier ses ISO. Si vous êtes perplexe quant au réglage à adopter, faites une photo en mode auto et regardez les réglages que l’appareil a choisi et reproduisez les en manuel pour commencer.



    • Toujours avoir un tissu en micro fibre sur soi, il sert à tout, nettoyer la lentille frontale de son appareil, les poussières sur le viseur, essuyer l’humidité sur le boitier, nettoyer vos lunettes…


Acheter un rouleau de Gaffer, outil indispensable du photographe, protège votre appareil, sert à fixer du matériel, voire, un sujet…




  • Une feuille de papier blanc, peut s’avérer très utile si on se sert du flash intégré, pour adoucir la lumière trop crue du flash de base.



  • Et je ne saurais que trop vous inciter à investir dans un vrai sac dédié à la photo qui vous convient, surtout pour bénéficier des renforts rembourrés et de la protection (par très basses températures). Sac qui a l’avantage d’offrir des sections de rangement, modulables, qui facilitent l’usage du matériel et l’organisation.
    Des élastiques, notamment pour faire tenir la dite feuille précitée et bien d’autres usages.

Voilà, vous devriez déjà être bien partis pour une « récolte » fructueuse. N’hésitez pas à aller vers les gens, proposer, discuter, échanger mais surtout n’oubliez pas la partie, « autorisation d’image » et enfin mon dernier conseil sera :

FAITES VOUS PLAISIR !